jeudi 1 octobre 2009

HOLLYWOOD LAVE PLUS BLANC

    L'auteur de "Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité, elle crois pianiste dans un bordel" récidive. Dans son précédent livre, il se racontait. "Hollywood lave plus blanc" raconte la publicité. Après l'explication de Soi, voici l'explication de foi. La tâche est plus ambitieuse. 
    Pour le lancement des Produits Libres, Jacques Séguéla avait d'une mouette fait entrer la publicité en poesie. avec la campagne  de François Mitterrand, d'un coup de "Force tranquille" elle est entrée dans l'histoire. Aujourd'hui l'enfant terrible de la pub devient son leader et son prophète. 


    Voici une bible qui prend Marilyn pour saint de Woolite pour apôtre. Un nouveau catéchisme dont les crédo sont pêle-mêle Marlboro, Jhon Wayne, Coca-Cola, Woody Alen et Citroën. Car chemin faisant, l'agence française désormais la plus célèbre, Roux Séguéla Cayzac et Goudard a découvert son fil d'Ariane de la communication: La marque qui est Personne, la Personne qui devient Star. La Star, un être en qui chacun s'identifie et qui s'identifie à tous. Un être de fond et non de forme contrairement aux idées reçues. Un être immortel.
    Dès lors, pour Séguéla, vouloir analyser la communication, c'est forcer l'entrée des coulisses hollywoodiennes afin de découvrir la face cachée de ses étoiles. Aussitôt le miracle  se fait. La publicité devient spectacle. 
    "Hollywood lave plus blanc" vous ouvre les portes du 8e art. Mais ne vous y trompez pas, ce guide de la publicité est aussi un grand roman d'amour. L'amour que porte Jacques Séguéla à une femme dévorante, la femme de sa vie: la Pub. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire