jeudi 4 février 2021

#139 Jacques Séguéla - Le taulier de la pub - Generation Do it Youself - Matthieu Stefani



J’ai déjà reçu des pointures de la pub ou de la communication sur GDIY. Qu’il s’agisse de Mercedes Erra ou d’Anne Méaux sans oublier Georges Mohammed-Chérif, tous m’ont bluffé. Aujourd’hui, je continue sur ma lancée avec un grand nom de la publicité, un sacré “fils de pub”, le cerveau derrière “la force tranquille”, le slogan cultissime de Mitterrand, l’un des fondateurs de RSCG (groupe Havas), l’auteur de plus d’une trentaine de livres et l’homme derrière la plus que reprise saillie sur les Rolex : Jacques Séguéla.
 
“La publicité, c’est le poids des mots et le choc des photos.”

Je lui ai envoyé un mail pour lui proposer d’enregistrer ensemble. Au bout de deux heures, il me rappelait avec un simple “allô Matt, c’est Jacques.”. J’ai raccroché en sachant que cet épisode allait être une tuerie. Je ne me suis pas trompé.
Dans cet épisode, il me raconte son parcours : celui d’un pharmacien devenu journaliste avant de se lancer à l'assaut du monde de la publicité. Il me parle de cette histoire d’amour un peu folle mais qui dure : celle qu’il partage avec la communication, sa compagne depuis maintenant 50 ans.
 
“La publicité me mène par le bout du nez depuis plus 50 ans !”

Des routes du monde qu’il a parcouru en 2 chevaux avec son meilleur ami Jean-Claude Baudot (avec qui il fête ses 80 ans d’amitié !), aux campagnes présidentielles menées avec Mitterrand, puis pour des chefs d’Etat partout autour du globe, en passant par son échec avec Jospin qui lui a fait arrêter les campagnes, il nous raconte tout.
 
“Quand tu perds une campagne présidentielle, tu deviens l’homme qui a déçu 50% de la population française. 1 Français sur 2 c’est terrible ! Je n’en ai pas dormi pendant 3 mois.”

Il revient également sur son premier business : imprimer de faux bulletins de notes pour ses amis et lui, sur son éducation, sur l’influence du voyage et d'aventuriers comme Alain Bombard ou Maurice Herzog. Mais surtout, il revient sur ses plus grandes réussites et ses plus gros échecs en matière de communication et les passe au microscope pour nous livrer tous ses secrets. Et des secrets et des conseils, ça il en a !
 
“Je ne suis pas un super esprit. J’ai un petit talent, celui du poids des mots et j’ai la passion.”

Comment progresse-t-il ? Comment lui viennent ses idées ? Quelle part de créativité faut-il avoir ? Comment tenir tête à un client qui ne veut pas faire le bon choix et comment le convaincre ? Qu’est-ce qu’une bonne publicité ? Comment la discipline a-t-elle évolué et quelle est son rôle ? Comment s’organise-t-il ? Quelles sont ses routines ? C’est bien simple, il répond à TOUTES mes questions. De quoi devenir, à votre tour de vrais fils de pub !
Un épisode palpitant, entre publicité et voyage, écologie et écriture à faire écouter à tous vos proches !
Jacques vous conseille :
#Voyage au bout de la nuit de Céline
#Terre des hommes d’Antoine de Saint-Exupéry
#Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre
# Si vous ne deviez choisir qu’un seul de ses livres, il vous recommande Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité, elle me croit pianiste dans un bordel - son tout premier livre seul bientôt suivi Ne dites pas à mes filles que je suis écolo, elles me croient dans la publicité.

mardi 19 janvier 2021

50 ANS à donner du SENS à son MÉTIER - Les publicités INOUBLIABLES de Jacques SÉGUÉLA

 

Jacques Séguéla, publicitaire de renom, a travaillé pour de grandes marques telles que Evian, Louis Vuitton ou encore Citroën. Il a également réalisé 1500 campagnes publicitaires et 20 campagnes présidentielles. Au-delà de sa carrière professionnelle, Jacques Séguéla est un homme de coeur qui encourage chaque personne à oser être créatif, aimer le goût du risque et se dépasser.Dans cette vidéo, il va te raconter comment il a réussi, alors que cela semblait impossible, à réaliser une publicité sur le porte avion Charles de Gaulle. Malgré tout son talent, il est passé comme tout le monde par des périodes de doutes et d'échecs. Tu découvriras dans cette vidéo comment il a pu se sentir coupable vis-à-vis de la moitié des français.

0:00​ • Introduction

Cet entretien est une pépite pour tout ceux qui veulent challenger le status quo ! Bon visionnage !

 Chapitres :
1:17​ • Générer une l’émotion
1:46​ • Atteindre l’impossible et marquer les esprits
7:18​ • S’assurer que son idée est la bonne
9:44​ • La genèse de la publicité crash test
11:42​ • Les clés pour réussir sa vie
13:32​ • Gestion des échecs
20:10​ • Le monde d’hier, et celui de demain
24:28​ • Mot de la fin David Laroche
https://davidlaroche.fr


vendredi 8 janvier 2021

Sébastien Krebs avec Jacques Séguéla - Europe 1

 




Europe 1 vous accompagne chaque jour de la semaine dès les premières lueurs du soleil avec de l'information et de la convivialité. L'émission parfaite pour commencer la journée du bon pied, et informer.

Les invités :

- Luc Smessaert, polyculteur éleveur dans l’Oise à Roy-Boissy

- Jacques Séguéla, publicitaire, cofondateur d'Euro RSCG

- Gérard Klein, interprète de L’Instit sur France 2 de 1993 à 2005


- Mathieu Zagrodzki, spécialiste des forces de l’ordre aux Etats-Unis et en France, chercheur associé au CESDIP

jeudi 12 novembre 2020

La lettre de Jacques Séguéla (Havas) à Jean-Michel Goudard - Strategies

Le publicitaire Jean-Michel Goudard, «G» de RSCG, qu'il a cofondé avec Jacques Séguéla est décédé à l'âge de 80 ans. Il a également été un proche conseiller de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, tandis que Jacques Séguéla accompagnait François Mitterrand. Le vice-président d'Havas lui adresse une lettre.





Mon cher Jean-Michel,

Je ne t’ai jamais écrit, comment est-ce pensable ? Tu es si sensible à l’écriture. Pardonne mon retard. Les agences fondatrices ne sont ni plus ni moins qu’une assos de caractères. Elles durent le temps que dure cet assemblage d’égo. La nôtre a survécu 30 ans. Trente ans de vie commune que tu as su rendre peu commune. 

Tu m’as séduit d’entrée, tu étais tout ce que je ne suis pas et que j’aime : l’ailleurs et l’autrement.

Tu portais des lunettes d’écailles antithèse d’une mode qui les voulait en acier. Ton tailleur était à Londres, mais pas fashion : Paul Smith connais pas !

Tu ne fréquentais pas le monde, c’est le monde qui te fréquentait, attiré par l’aimant de ton anticonformisme, ta première arme de séduction. Avec toi nul, fut-il président de la république, ne te quittait jamais ni sûr de son temps, ni sûr de son monde. Tu déstabilisais ton auditoire en renversant les idées reçues, en retardant l’horloge du futur, en avançant celle du passé. L’ombre de Mishima sommeillait en toi. C’était ta machine à diffuser le charme dont ton premier était la vivacité de tes neurones. Tu es, tu as été, tu restes l’homme de marketing le plus intelligent que j’ai rencontré.

Mon cher Jean-Michel, « L’intelligence est la canne blanche du talent » disait Topor. Sans toi, sans elle, RSCG serait resté RSC. Mais l’intelligence n’est rien sans le courage, vertu première de toute vie, le Manolete rentré que tu as été l’a prouvé dans les arènes des corridas comme dans celles de la pub.

Je ne t’ai jamais vu faiblir face au taureau comme face à l’annonceur. Tu plaçais tes banderilles, entre deux longs silences, avant de porter l’estocade en complet prince de Galles et nœud papillon d’Oxford Street. C’est dans ces situations extrêmes que je t’ai vu plus que jamais toi-même.

Il y avait de l’anglais dans le latin que tu étais, comme il y avait du poète dans le procterien, c’est lui qui t’a fait défroquer de ta secte lessivière pour épouser notre passion partagée : faire d’un cadeau bonus un poème de Baudelaire.

Mon cher Jean-Michel, je te sais croyant mais de quelle croyance ? Ne serait-elle pas celle de l’homme que tu as le plus combattu : les Forces de l’Esprit.

Tu y es désormais à ta place, au-dessus des conventions humaines, au-delà des facilités temporaires, au-devant nécessités terrestres. Ta vie tu l’as vécue en hermite de luxe, sans pour autant en exclure l’échange de réparties en controverses, de prises à parties en contre temps, de prise de parti en contre champ. Mais cette bulle n’était réservée qu’à ceux que tu sélectionnais avec parcimonie.

En ai-je vraiment fait partie ?

Notre combat, bien que fraternel en communicant, toi de Jacques Chirac, moi de François Mitterrand sans nous opposer, nous a peut-être éloignés.

Nous n’en avons jamais parlé… Ce sera pour là-haut.

Attends-moi.

Je t’aime