lundi 16 mars 2015

Valéry Guyot-Sionnest, Chevalier de la Légion d’Honneur.



Les hindous se donnent 5 vies, je suis pour 5 fois. A mon âge on commence à rêver de réincarnation et je m’imagine bien revivre en fils de Zuckenberg et de Lady Gaga. (ils sont ensemble… intox ou info ?)

Toi Valéry, tu fais mieux, tu vies 5 vies en une. Tu es la multiréincarnation sur terre, un film d’Ozon dont tu joues tous les personnages.



1 – La première femme en toi c’est « Femme je vous aime ».

C’est ton profil Julien Clerc, ton meilleur profil : ni fat, ni fatale, ni baba, ni banale, ni star, ni starlette et pourtant toutes à la fois.

Femme de tous les devoirs, tu en as fait ton pouvoir, celui de forcer tous ceux que tu rencontres à t’aimer. Et d’abord celui qui a décroché la timbale, Patrick qu’il faut désormais prononcer Pat.. triiiiccck.

Je sais comment il a réussi l’exploit de te séduire pour la vie, chez Havas nous en avons fait un spot : le plus beau love story de la pub.







2- La seconde femme en toi est la femme « allo maman bobo »
C’est ton profil Alain Souchon. Le bon profil. Reine des abeilles, butinant sans cesse, nourrissant la ruche, femme de toutes les tâches, de tous les heurts, de tous les bonheurs. Et par dessus tout mère de toutes les mères à la fois : mère poule, mère louve, mère kangourou, mère tigresse. Ta vie c’est d’abord leurs vies, celle de tes enfants. Dix ans durant, tu as élevé tes 4 âge tendre tête de bois, plus tête de bois qu’âge tendre, surveillant, mieux vaut dire t’impliquant (on te connaît par cœur), dans le moindre détail de leur vie quotidienne, et jusqu’au sacrificiel : accepter d’être « parent délégué » de la PEEP.

Femme de tous les courages, mère de toutes les angoisses, femme de toutes les retenues, mère de tous les abandons, tous ceux qui te côtoient savent que tu peux être à tout instant leur maman bis. Ton expérience en la matière est sans limite, maman bonheur et maman douceur, maman rigueur et maman vigueur, mama et mama mia. Tu devrais donner des cours pour Père célibataire avec enfant turbulent. Laisse moi t’en présenter un spécimen.






3- Troisième femme la femme de caractère

C’est ton côté BB, « je n’ai besoin de personne en Harley Davidson ».

A genoux devant les enfants, debout devant les hommes, brisant les faux semblants, les faux disant et les faux culs. Régnant en maitresse femme sur les aléas de la vie et les chausses trappes du destin.

Avis à la salle : qui que vous soyez, et quoi qu’elle vous demande dites oui au premier coup de fil si vous voulez éviter les 100 autres qui vont suivre.



Les chats ne font pas des chiens cette exigence, cette constante, cette tempérance, tu la dois à ta maman protestante, puis à son mari Robert Rosenmann, israélite Autrichien, associé de Robert Badinter, héros pendant la guerre de la Royal Air Force et héros de ta vie. Est-ce pour lui ou contre lui que tu cours tous les matins de ton existence ?

A Jérôme Guyot-Sionnest, tu dois ton identité et une part de ta personnalité. Sa foi catholique parachèvera ta formation oeucuménique et polyforme. De ce melting pot naitra ton caractère en acier trempé, bien trempé, trop trempé. C’est ton côté Hemingway en jupon. En avoir ou pas.

Ce 3e spot te le dira mieux que moi






4- Quatrième femme la femme de cœur

Tu es la fille adultèrine de Coluche et Mère Thérésa. Belle âme autant que belle femme. En 2005, tu crées, avec ton fils Jonathan, ta possibilité d’une île. L’assos « Nosy Komba » du nom ce petit volcan de la mer malgache, qui vient en aide sociale, économique et écologique aux filles et fils de Madagascar.

Ces premiers pas dans le monde de l’humanitaire, tu les poursuis en t’engageant aux coté de Valérie Wertheimer dans Action Innocence. Cette si belle lutte face à la pire des saloperies, la net pédophilie.

Et ca ne te suffit pas (normal tu es plusieurs) aux côtés d’Evelyne Lauder et Tina Kiffer tu rallies les rangs de la lutte contre le cancer en créant : le jogging du cœur, « la course de la Parisienne ».

De l’humanitaire à l’humanisme il y n’y a que 4 consonnes et 3 voyelles (c’est ton côté Carla). Tu vas t’engager corps et âme dans la seule guerre qui vaille, celle de toutes les libertés : d’être et de faire, de créer et de penser, de lire et de vivre.







5 – reste l’ultime femme, celle qui rassemble les forces et les faiblesses de toutes les autres, la femme d’affaires.



A 17 ans, bac en poche, pour payer tes études, tu deviens hôtesse de l’air. Il manquait à ton portrait le côté Dutronc « j’ai rêvé que j’étais une hôtesse de l’air, d’avoir les fesses en l’air ». (C’est pas moi c’est l’autre Jacques). Les fesses en l’air mais les pieds sur terre, tu décroches ta maitrise d’histoire à la Sorbonne.

Tes rencontres feront le reste. Une jeune femme qui réussit à entrainer dans une start up, en l’occurrence « Vox personae » Alain Dominique Perrin, le big boss, big brother, big faiseur bref big father français, ne peut pas être tout à fait mauvaise.

Très vite le luxe te fera des avances, de celles qui ne se refusent pas, tu prends en main la communication de grands groupes hôtelier : Lucien Barrière puis la Société des Bains de Mer.

Viendra enfin l’émancipation et la création de ta petite entreprise. « Et dieu créa la femme » qui va nous accompagner jusqu’à lui. On pourrait croire à du Vadim mais c’est du Bernanos. ALTERIVA, une autre approche de notre dernier voyage. La croqueuse de vie ne pouvait pas être une croque mort ordinaire, tu as donc réinventé le métier : tu fais de ce chant de douleur un hymne à la vie.

C’est mon dernier sport.








ªBlanc / jour / vie



Mais revenons à la solennité de cette décoration si enviée, si jalousée et ce soir si méritée.

Valéry Guyot-Sionnest, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d’Honneur.



















Aucun commentaire:

Publier un commentaire