mardi 22 mai 2012

Présidentielle 2012 : Le slogan de Hollande "plat" et "daté"

France soir : 03/01/2012

Auteur des formules percutantes de Mitterrand dans les années 1980, Jacques Séguéla, le publicitaire -qui s'est rapproché de Nicolas Sarkozy en 2007- juge sans concessions le slogan de campagne de François Hollande ("Le changement, c'est maintenant").






FRANCE-SOIR.FR. Que pensez-vous du slogan de François Hollande (« Le changement, c'est maintenant ») pour la campagne présidentielle ?

JACQUES SÉGUÉLA. Merci François Mitterrand ! Hollande remet au goût du jour une formule de l'ancien président socialiste en 1981 : « Le changement, c'est ici et maintenant. » Mais force est de constater qu'il y avait plus de talent chez Mitterrand. Son slogan était empreint de romantisme et de panache, ses mots accrochaient les Français. Là, ça fait pschitt... La formulation est plate et datée. Quitte à s'inspirer de Mitterrand, Hollande aurait dû assumer complètement la filiation et reprendre sa formule au mot près.


FS.FR. Il met en avant « le changement », un thème récurrent en campagne, non ?

J.S. Oui. Pas une campagne dans le monde ne se joue sans qu'un challenger insiste sur sa volonté d'incarner le changement. Mais, pour un candidat qui veut révolutionner la communication politique, son slogan manque de force. Celui de Nicolas Sarkozy en 2007 (« Ensemble, tout devient possible ») n'était certes pas le meilleur, mais il avait le mérite d'entraîner les Français avec lui. Hollande aurait été inspiré de se souvenir du slogan que nous avions défini ensemble pour Lionel Jospin, lors des législatives de 1997 :« Changeons d'avenir ». C'était plus créatif : cela reposait sur une promesse. Il faut toujours donner du contenu, du caractère et de la personnalité à une devise.
''J'aimais bien la formule de Chirac : Vivement demain !''

FS.FR. Peut-on perdre ou gagner une campagne présidentielle sur un slogan ?

J.S. C'était très vrai dans les années 1980 mais plus aujourd'hui. Qui peut citer, de mémoire, les slogans de Sarkozy ou de Royal en 2007 ? En revanche, tout le monde se souvient de celui de Mitterrand en 1981 (« La force tranquille ») : il est ce qui reste quand on a tout oublié. Le positionnement des candidats, lui, demeure important. Il faut s'ancrer face au président sortant, incarner son offre politique et surprendre. Surtout, les messages d'aujourd'hui doivent être interactifs. Une modernité que je ne perçois pas dans le début de campagne de Hollande : outre ses formules datées, il privilégie les meetings alors que nous sommes à l'heure d'internet, des réseaux sociaux et des téléphones mobiles...

FS.FR. Quels sont les slogans qui ont fait date sous la Ve République ?

J.S. Ceux de Mitterrand étaient très bons : « La force tranquille » en 1981, bien sûr, mais aussi et surtout « La France unie » en 1988. Peut-être la meilleure formule... Et puis, j'ai bien aimé la devise de Chirac en 1986, pour les législatives : « Vivement demain ! » Aujourd'hui, il y a peu de slogans qui crèvent l'écran. Ils ont envahi notre vie de tous les jours, c'est devenu plus difficile de faire mouche. Et l'on a changé d'ère : les affiches ont été supplantées par la télé, elle-même en passe d'être relayée par le net.



Propos recueillis par Gaëtane Morin






Aucun commentaire:

Publier un commentaire