jeudi 2 janvier 2014

Vœux présidentiels: les conseils de Jacques Séguéla

Le président prononcera à 20 heures ses deuxièmes vœux aux Français. Très impopulaire, que devra-t-il faire pour convaincre les Français, en quelques minutes, du bien-fondé de sa politique ? Eléments de réponse avec le publicitaire Jacques Séguéla. Entretien.



« Ce seront des vœux de combat et de confiance en l'avenir de la France, dans sa possibilité de réussir, quelles que soient les difficultés qui sont celles du pays et que le Président connaît », a promis l'Élysée dimanche au JDD. A quoi faut-il s’attendre ?


JOL Press : Quels conseils donneriez-vous à François Hollande sur la forme ?

Jacques Séguéla : C’est l’exercice le moins intéressant de tous les exercices présidentiels puisque le chef de l’Etat lit un prompteur et est tenu de rester dans un certain cadre. Le premier conseil que je pourrais donner à François Hollande c’est d’oublier le prompteur, être décontracté, ne pas donner l’impression de réciter un texte mais de parler avec son cœur.

Dans la forme, il doit être à la fois serein et digne. Il doit être sûr de lui, c’est un président. L’exercice n’est pas facile car il ne pourra pas avoir le ton qu’il aura dans dix jours, lors de la conférence de presse. Ce soir, François Hollande s’adressera à tous les Français.

Il devra aussi faire attention à sa tenue. Il devrait mettre un complet bleu nuit, mais pas noir parce que c’est trop solennel pour des vœux, une chemise bleue et une belle cravate rouge.

JOL Press : Quels conseils donneriez-vous à François Hollande sur le fond ?
Jacques Séguéla : Le fond est encore plus important. Il doit être bref. Les annonces seront réservées à sa conférence de presse. Il doit rester dans le général : il doit d’abord remercier les Français pour tous les efforts qu’ils ont réalisé, quelque soit leur catégorie sociale, et leur dire que, grâce à eux, la France est en train de se redresser. Il ne doit pas hésiter à dire que ce sera encore long, que ce ne sera pas facile mais que, grâce à eux, la France est sur la bonne voie. François Hollande ne doit pas abuser du « Moi je ».

En chef d’Etat, il doit être combatif mais aussi optimiste. Il doit bien expliquer que la France est une chance, que le pire est passé et que le meilleur est devant nous. Il ne doit pas faire de fausses promesses. Il ne doit pas non plus rentrer dans les chiffres. Les vœux ne sont pas un discours politique.

Il doit aussi terminer par un sourire. Ses déclarations se terminent souvent de façon pompeuse et stricte mais là il s’agit de fêter la nouvelle année et non de plomber la soirée.

JOL Press : Quels vœux présidentiels vous ont-ils le plus marqué ?
Jacques Séguéla : Les vœux qui me marquent le plus sont toujours les premiers, quand on découvre les présidents, mais surtout les derniers. François Mitterrand a été exceptionnel dans ses premiers vœux mais plus encore dans ses derniers. Nicolas Sarkozy n’a pas été mauvais dans ses derniers vœux, car il avait justement suivi les règles générales. Valéry Giscard d'Estaing a toujours été trop pompeux. De Gaulle était grandiloquent mais c’était une autre époque…




Les voeux présidentiels au fil des quinquennats par Ptite_Mule


JOL Press : François Hollande va-t-il réussir son passage, selon vous ?

Jacques Séguéla : François Hollande passe très bien à la télévision. Il faut bien se souvenir que face à Nicolas Sarkozy, il a été le vainqueur. Seulement l’exercice rétrécit les possibilités d’autant que la conférence de presse qui va suivre lui empêche de faire une annonce fracassante. Pendant les vœux il doit passer du « Je » au « Vous ». Mais pendant la conférence de presse, il devra reprendre le « Je ». Dans dix jours il devra faire preuve d’autorité, pas ce soir.

Propos recueillis par Marine Tertrais pour JOL Press

Aucun commentaire:

Publier un commentaire