mercredi 25 avril 2012

Les Chevrons Sauvages



Comment naissent les idées... mystère! Inventivité? Peut être. Association d'image, sûrement. Richard nous conte la gestion de son film:
" La frustation de la vitesse plafonnée à 130, un PV sitôt que tu poses quelque part, avenues bouclées, périphérique encombré, place trop courte pour se garer, parking complets. Un ras-le-bol qui fait exploser. J'explose... Un endroit désert, une ligne d'horizon où, entre ciel et terre, se trouve l'absurdité. una ville champignon, rigide et démente. Une ville sans couleur et sans vie. froides avenues, carrefours inanimés, feux de circulation inutiles. Une ville sur fond de silence. L'angoisse.
Soudain, dans la cité sans âme, une porte de fer s'ouvre, doucement, pesamment. Déchirant de silence, un hennissement résonne, voilement, un tonnerre de sabots frappe le béton, les buildings dégorgent leur trop-plein de frustation. Les chevaux sont lâchés. Ils prennent possession de l'agglomération. crinières au vent, la horde sauvage fait vibrer la chaussée, la ville est avalée, violée, traversée. Les chevaux de l'imaginaire nous emportent, ivres de liberté. La sauvagerie prend possession du grand désert. Et galopent nos rêves! 
Sublime hommage à une marque symbole, la horde sauvage va tout à coup se sublimer. Dans la poussière, la chaleur et les cris, les bêtes vont, dans un élan parfait, former les chevrons Citroën."
Paradoxalement, ce coup d'éclat publicitaire fut d'une réalisation simplisme. Les chevaux sont beaux; il s'agissait de les filmer. Ils aiment galoper. Il suffisait de les lâcher. Ils sont obéissants: le dressage se limitera à les attacher à un câble en forme de V pour qu'ils suivent à l'unisson le mouvement. La seule difficulté fut de dresser les hommes. Le câble était tracté et tendu à ses extrémités par trois gros camions distant de 300 à 400 mètres. L'important était de démarrer, avancer et s'arrête en même temps. Au millimètre près. Sous peine de blesser l'attelage. Pour que l'image soit forte, l'hélicoptère caméra  ne devrait être ni trop haut, ni trop bas pour ne pas affoler les chevaux. C'est dire que le plus dur de cette aventure fut la coordination technique d'une équipe de trente professionnels, sous les cieux d'Australie (tournage du désert) et de Floride dans le ville Fort lauderdal (plan de la ville).
le jeu en valait la chandelle. Jamais un film français ne fut autant plébiscité: Lion d'or à Cannes, Premier Prix au Festival publicitaire d'Avoriaz. Des dizaines de récompenses tout autour du monde vinrent sacrer le cheval plus belle conquête de la pub.    

Aucun commentaire:

Publier un commentaire