mercredi 12 décembre 2012

Convention CGPME21 : « Il faut créer le désir dans ce pays »



A l’occasion de la convention d’hiver de la CGPME 21, les intervenants face à 450 chefs d’entreprise. Photo LBP


Les conventions de la CGPME, syndicat patronal, sont l’occasion d’une réflexion globale sur le métier de chef d’entreprise. Vendre, anticiper, gérer… les clés du savoir-faire économique.

En 2012, on parle de crise. On compte les dépôts de bilan (plus de 420 au premier semestre selon le tribunal de commerce de Dijon). La CGPME, syndicat patronal des petites et moyennes entreprises, elle, veut se battre. C’est le sentiment que l’on avait hier soir en assistant à la convention d’hiver départementale, qui se tenait dans la grande salle des Etats, à la mairie de Dijon. Cadre somptueux d’or et de peintures classiques, mais power point et projection de films… et orateurs qui savent tenir un auditoire, Jacques Séguéla en tête : le résumé est parlant. Il s’agissait là de faire passer un message d’un « optimisme raisonnable », disait Patrice Tapie, le président de la CGPME Côte-d’Or et Bourgogne en introduction. « La conjoncture n’est pas tout. » Le chef d’entreprise doit aussi savoir se remettre en question. Réussir c’est aussi une question d’énergie, d’ouverture d’esprit, de communication et d’inventivité. Ainsi pouvait-on résumer son propos.



Communication et inventivité, se sont acharnés à répéter les orateurs, Jacques Seguela en tête, bien sûr. Mais Jean-Jacques Augagneur, qui dirige l’entreprise SIL à Lacanche, rajoutait l’envie de créer, d’avancer, cette stimulation qui fait passer outre le désarroi qui peut saisir le chef d’entreprise pris dans un malström de déceptions. Et si Eric Woerth l’avait annoncé dans une interview, il soulignait, lui, de son côté l’existence d’un « mauvais modèle social, où l’on ne se parle que par ultimatum », il ajoutait « il faut réinventer le modèle social ».

Décidément les patrons positivaient hier soir à Dijon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire