mardi 6 mai 2014

Que doit-on attendre d'un conseiller en communication du président?

Gaspard Gantzer, jeune énarque de 35 ans, vient d’être nommé à la tête du service de communication de l'Elysée par François Hollande. Il reprend ainsi en partie les attributions d'Aquilino Morelle, soupçonné de conflit d'intérêts. Mais qu’attend-on d’un conseiller en communication ? Parviendra-t-il à redorer l’image du Président au plus bas dans les enquêtes d’opinion ? Eléments de réponse avec le publicitaire Jacques Séguéla.




Gaspard Gantzer, un énarque qui a travaillé aux côtés de Bertrand Delanoë puis de Laurent Fabius, vient 

d’être nommé conseiller chargé des relations avec la presse et chef du pôle communication à l'Élysée.

JOL Press : Comment un président de la République choisit-il son conseiller en communication ?

Jacques Séguéla : Je me souviens que François Mitterrand, lorsqu’il m’a vu la première fois, m’a dit : « Je ne connais que quatre ou cinq publicitaires mais ils sont hors d’âge, vous êtes le seul jeune dont j’ai entendu parler donc je vous fais confiance ». Chacun recrute selon ses critères. La relation entre un Président et son conseiller fonctionne comme un couple : il faut une attirance, de la confiance et une certaine dose d’admiration.

François Mitterrand aimait beaucoup la publicité, il aimait les films que je faisais, il ne m’admirait pas autant que je l’admirais mais il me prenait pour un professionnel. Le Président doit admirer le professionnalisme de son communiquant. Nicolas Sarkozy recherchait la fidélité, l’intelligence et l’expérience, et Jean-Michel Goulard a très bien rempli cette mission.

JOL Press : Que recherchait François Hollande chez son conseiller ?

Jacques Séguéla : Je pense que son meilleur communiquant doit être lui-même. Il faut qu’il ait confiance en lui-même et il ne doit se laisser perturber par les deux ans de couacs successifs. Il faut savoir qu’il existe une école nationale de l’administration mais qu’il n’y a pas d’école nationale de Président. Président, c’est un métier qui s’apprend sur le terrain et tous les Présidents ont raté leurs deux premières années : Valéry Giscard d'Estaing, au bout de deux ans, était laminé, François Mitterrand commençait à changer de cap, Jacques Chirac arrivait en cohabitation et Nicolas Sarkozy avait considérablement abimé son image.

François Hollande a souhaité réagir, il a fait son « coming-out » social-démocrate, a clarifié sa vie privée et resserré son équipe gouvernementale. La dernière étape est celle de la communication. Et pour cela, il doit se faire confiance et choisir un conseiller capable de remplir cette mission.

JOL Press : Son choix s’est porté sur Gaspard Gantzer, un jeune énarque qui a oublié de verrouiller sa page Facebook. Une première erreur de communication selon vous ?

Jacques Séguéla : C’est en effet une faute de communication. Je suppose qu’il ne s’était pas préparé à être nommé. C’est un péché de jeunesse. On ne peut pas le condamner avant qu’il ne commence uniquement à cause de quelques photos rendues publiques. Attendons de voir s’il y a du mieux dans la communication présidentielle.

JOL Press : Qu’est-ce que le Président est en droit d’attendre de ce Gaspard Gantzer ?

Jacques Séguéla : Gaspard Gantzer doit en permanence veiller à ce que François Hollande soit lui-même, qu’il ne joue pas un rôle, qu’il arrête de faire le « pingouin » et qu’il devienne, comme tous les Présidents du monde, bien dans sa peau, libre de ses mouvements, qu’il ne soit pas en représentation permanente mais qu’il impose une autorité naturelle. Plus l’autorité est forcé et moins elle réussit. Il faut que Gaspard Gantzer parvienne à créer les frontières et les terrains d’actions du Président et du Premier ministre, puisque la comparaison va être permanente : à François Hollande la vision, à Manuel Valls l’action.

La visite de François Hollande dans la ville de Jaurès, à Carmaux, dans le Tarn, était une grossière erreur de communication. Le Président ne doit parler que lorsqu’il a quelque chose à dire et il doit le faire uniquement dans des lieux totalement sécurisés. Un chef d’Etat ne traverse pas une ville qui lui est hostile et ne se rend pas en vaincu là où il était arrivé en vainqueur deux ans plus tôt. Chaque déplacement du Président a un sens et tout cela doit être très maîtrisé et très mesuré.

Je pense, par exemple, qu’il devrait faire une grande déclaration sur l’Europe, comme l’avait fait François Mitterrand lors d’un grand débat télévisé avec Philippe Séguin en direct du grand amphi de la Sorbonne, animé par Guillaume Durand et diffusé sur TF1 en septembre 1992 devant vingt millions de téléspectateurs. Il faut que François Hollande cultive sa hauteur de ton et ne soit pas un Premier ministre bis – sur ce plan-là il sera battu par Manuel Valls.

JOL Press : Quels conseils lui donneriez-vous ?

Jacques Séguéla : Je ferais en sorte que le chef de l’Etat applique la « règle des trois C » : il faut de la cohérence entre sa politique, son discours et les ministres qu’il a mis en place ; il faut aussi de la constance, répéter sans cesse les mêmes choses et être intransigeant avec le premier qui failli à la constance du projet présidentiel ; il faut enfin du courage, François Hollande en a eu, il ne doit rien lâcher, il ne peut pas faiblir sur les décisions qu’il a prises sinon il n’ira pas au bout de son quinquennat. Le Français sont dans un état d’exaspération totale, si son projet ne réussit pas, la dissolution sera obligatoire.

JOL Press : Tout n’est pas perdu pour François Hollande en termes de popularité et de communication, selon vous ?

Jacques Séguéla : Rien n’est jamais perdu en politique. Aujourd’hui le patron ce n’est ni François Hollande, ni Manuel Valls, le patron c’est l’économie. Si l’économie tient les promesses que nous fait Hollande, sa politique redeviendra crédible aux yeux des Français. Avant sa baisse de popularité était due à de la déception aujourd’hui les Français lui font un procès en incompétence. On peut se tromper une fois mais pas deux. Il passe le rattrapage et il n’y aura pas de troisième session. 

Propos recueillis par Marine Tertrais pour JOL Press


Aucun commentaire:

Publier un commentaire